PAYS DE LOIRE.

 Ma promenade devait me conduire à Chateau Gontier, lieu de séjour pendant cette balade en Pays de Loire.

Sur la route je me suis arrêtée à Val  d’Izé et ensuite à Vitré.

Le Val d’Izé, appelé Izé jusqu’en 1908, recevait parfois le nom de Saint Etienne des Eaux, à cause du marais qui l’avoisine. Il était paroisse dès le XIe siècle, son église appartenait à l’Abbaye de Saint Florent de Saumur, qui y fonda un prieuré. La paroisse de Val d’Izé dépendait autrefois de l’ancien évêché de Rennes. L’ancienne église fut construite au cours du XVIe siècle. Au XIXe, la nef est détruite, le clocher est alors modifé. Elle devient alors la mairie de Val d’Izé et une nouvelle église est alors édifiée. L’église, construite entre 1889 et 1894, style néo-roman. Au début du XXe siècle le clocher est foudroyé et restauré par l’architecte Hyacinthe Perrin.

Source documentaire : http://fr.wikipedia.org/wiki/Val-d’Iz%C3%A9

PAYS DE LOIRE. dans Mon Blog p9211710

p9211711 dans Mon Blog

p9211713

p9211712

Vitré.

Vitré (en gallo Vitræ [vitʁœ](*)) est une commune française, située dans le département d’Ille-et-Vilaine et la région Bretagne.

Le nom de Vitré viendrait de l’anthroponymegallo-romain Victor ou Victrix, le nom du propriétaire d’un domaine gallo-romain se situant dans la région. Une autre hypothèse voudrait que l’origine du nom viendrait de Vicus signifiant « petite agglomération » en latin.

Les habitants sont les Vitréens ou Vitréennes.

La ville est une ancienne sous-préfecture (jusqu’en 1926) et chef-lieu de canton de plus de 18 000 habitants. Elle se trouve dans la région des Marches en Haute-Bretagne, face au Maine et à l’Anjou. Elle a obtenu le label ville d’Art et d’Histoire du fait de son très riche patrimoine. En 2008, la cité fête son 1er millénaire d’histoire et ouvre de nombreuses festivités.

Personnalités liées à la ville.

  • Madame de Sévigné, illustre femme de lettre française, possédait le château des Rochers-Sévigné dans la campagne vitréenne. Dans ses lettres, elle décrivait la vie et la mondanité de la cité ainsi que des bretons en général, souvent avec ironie voire mépris. Elle était présente lors des États de Bretagne qui eurent lieu à Vitré au cours du XVIIe.
  • Bertrand du Guesclin y épousa probablement en 1363 Tifenn Raguenel, fille de Robin III Raguenel, seigneur de Châtel-Oger, héros du combat des Trente, et de Jeanne de Dinan, vicomtesse de La Bellière

 

Source documentaire : http://fr.wikipedia.org/wiki/Vitr%C3%A9_(Ille-et-Vilaine)

J’ai choisi quelques photos de Vitré représentant la vieille ville et ses maisons  à colombages.

vitre_11

Séchoir.

vitre_12

vitre_14

vitre_13

vitre_15

vitre_16

vitre_17

vitre_18

vitre_19

vitre_21

 Chateau Gontier.

Château-Gontier est une communefrançaise, située dans le département de la Mayenne et la régionPays de la Loire.

Les habitants de Château-Gontier sont les castrogontériens. 

Cité du Haut-Anjou, traversée par la Mayenne, Château-Gontier est une sous-préfecture de la Mayenne, situé dans la Mayenne angevine, à 30 km au sud de Laval qui est la préfecture de ce département et à 40km au nord d’Angers.

L’agglomération de Château-Gontier réunit les bourgs de Bazouges, Azé et Saint-Fort. L’ensemble regroupe autour de 26 000 habitants.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau-Gontier

p9221910

p9221911

p9221912

p9221913

p9221914

p9221920

p9221915

p9221916

p9221917

p9221918

p9221919

Laval. 

Le site de la ville actuelle de Laval, dans la vallée de la Mayenne, est à mi-chemin des cités plus anciennes que sont Le Mans et Rennes. Il en est fait mention dans les écrits de Lucain au temps de Jules César, et une voie romaine traverse la rivière par un gué au pied de l’éperon rocheux où le château s’élèvera plus tard.

Pour autant même si les recherches archéologiques attestent une occupation ancienne des lieux, rien ne confirme la tradition d’un château initial que les Normands auraient détruit. Walla, ministre et l’un des principaux conseillers de Lothaire en révolte contre son père Louis le Pieux (778-840) empereur d’Occident, aurait possédé, ici, un domaine, « une villa« , ayant servi de base arrière aux troupes alliées du prince rebelle.

Une généalogie, sans doute hasardeuse, fait aussi remonter le premier seigneur à un « Guy » ayant vécu au début du IXe siècle et auquel aurait succédé d’autres gardiens des lieux.

Source documentaire : http://fr.wikipedia.org/wiki/Laval_%28Mayenne%29

 

p9221813

p9221825

p9221814

p9221815

p9221812

p9221816

 

Quelques détails architecturaux .

Faire un clic gauche pour agrandir les images.

p9221817.jpg

p9221821.jpg

p9221818.jpg 

p9221819.jpg

p9221820.jpg

p9221830.jpg

p9221832.jpg

p9221836.jpg

p9221842.jpg

 

p9221911.jpg

 

Jardin de la Perrine à Laval
 
 
 
 

En plein centre ville de Laval, le Jardin de la Perrine est un havre de paix, un moment de bonheur pour petits et grands. 
Les plus grands pourront admirer la vue que l’on a sur la ville, le donjon et la Mayenne et les plus jeunes profiter des espaces jeux qui leur sont proposés. 
Organisé en terrasse, le jardin botanique allie traditions à la française et à l’anglaise et vous permettra de profiter de grands arbres, palmiers, tilleuls, mélèzes, cèdres du Liban… Pour embellir le tout, des bassins, cascades et pièces d’eau agrémentent votre promenade. 

Source documentaire : http://www.jedecouvrelafrance.com/f-1052.mayenne-le-jardin-de-la-perrine-a-laval.html

 

p9221872.jpg

p9221878.jpg

p9221882.jpg

p9221889.jpg

 Saint Denis d’Anjou.

 

p9231910

 Saint Denis d’Anjou,  la ville a la chance de posséder un patrimoine riche et intéressant : les halles, au centre du village, dont la charpente en châtaignier est remarquable, datent du XVIème. Elles servaient au commerce du vin.

À voir également la « Maison des Chanoines« , aujourd’hui hôtel de ville, du XVème… Vous n’aurez que du plaisir en flânant dans cette cité médiévale au charme si particulier : son église fortifiée, ses jolies maisons et ses petites rues…

Source : http://www.jedecouvrelafrance.com/f-1077.mayenne-saint-denis-d-anjou.html

 

 

 p9231952.jpg

p9231953.jpg

p9231955b.jpg

p9231915 

p9231956.jpg

p9231960.jpg

p9231959.jpg

p9231962.jpg

p9231964b.jpg

Château du Plessis-Bourré

p9231910

Le château du Plessis-Bourré, situé sur le territoire de la commune d’Écuillé (Maine-et-Loire), à une quinzaine de kilomètres au nord d’Angers, à mi-chemin des vallées de la Mayenne et de la Sarthe, figure parmi les plus remarquables châteaux de la Loire. Il a d’ailleurs subi peu de modifications majeures quant à son architecture extérieure depuis sa construction, il y a plus de quatre siècles.

La conception de ce château, construit de 1468 à 1473 pour Jean Bourré, grand argentier et principal confident du roi de France Louis X, en fait à la fois une petite forteresse (notamment en raison de ses larges douves que franchit un pont de 44 mètres de long et d’une architecture clairement défensive), mais aussi une résidence familiale d’agrément. C’est cette particularité qui lui confère les qualités d’un château dit de transition car il témoigne de l’arrivée de la Renaissance  (hautes fenêtres à meneaux, grands salons, …), tout en conservant les caractéristiques de la place forte (4 tours massives, douves, ponts-levis, chemin de ronde, …). Il abrite un chef d’œuvre du XVè siècle : les vingt quatre tableaux du plafond à caissons de la salle des Gardes où figurent des éléments propres à la symbolique des alchimistes à l’époque de Jean Bourré. Le château reçut la visite de deux rois de France au XVè siècle : Louis XI en 1473 et Charles VIII en 1487. Classé (avec la pièce d’eau, les douves et les avenues) au titre des monuments historiques par arrêté du 1er juin1931, le château est encore aujourd’hui une propriété privée, habitée par la famille de Sauvebeuf, copropriétaire, qui le gère et l’ouvre au public. Il appartient à différents membres de la famille Reille-Soult dont madame de Sauvebeuf fait partie.

Origines documentaires : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_du_Plessis-Bourr%C3%A9

p9231974.jpg

p9231975.jpg

p9231981.jpg

p9232000.jpg

Segré. 

p9242037Terre d’Anjou aux marches de Bretagne, douceur et ardoise fine, confluence des rivières Argos, Oudon et Verzée, nous sommes au Pays de Segré.Le nom de Segré vient du latin « Secretum » qui signifie « isolé ».
Dès la plus haute antiquité, des habitations existent à Segré. Dans un site de rivières et de collines, les tribus se fixent.
Capitale au bassin minier (fer et ardoise) et Sous-Préfecture, Segré vous offre son site pittoresque, son moutonnement de maisons de la vallée aux éperons de schiste, ses rivières paisibles, son vieux pont voûté, sa falaise fleurie. 

 

   Source documentaire : http://www.ville-segre.fr/ville_historique.php

 

 

p9242039.jpg

p9242053.jpg

p9242051.jpg

 Abbaye de la Roë

 p9242029

C’est une histoire mouvementée que celle de l’Abbaye de la Roë, avec des époques d’influence et des périodes d’abandon… Elle est située à une vingtaine de kilomètres de Laval et Château-Gontier, au sud-ouest du département. Son histoire est marquée par cette position de carrefour entre la Bretagne, l’Anjou et la TouraineC’est Robert d’Arbrissel qui fonde l’Abbaye au XIème siècle. Professeur à Paris, puis archidiacre à Rennes, ses positions novatrices pour le clergé l’obligent à se retirer. Suivi de quelques compagnons, dans une vie d’errance, il fonde à La Roë sa première abbaye. Ce coup d’essai, coup de maître, n’est que les prémices de la création de plusieurs autres ensembles monastiques dont la célèbre Abbaye royale de FontevraudLe rayonnement de l’Abbaye de La Roë ne se fait pas attendre, c’est l’établissement le plus influent et le plus important de la région aux XIème et XIIème siècles. Ravagé pendant les guerres de religion, il connaît un regain de prospérité aux XVIIème et XVIIIème, avec la construction de nouveaux bâtiments. 
Source documentaire : http://www.jedecouvrelafrance.com/f-1075.mayenne-abbaye-de-la-roe.html

p9242019.jpg

p9242025.jpg

p9242024.jpg

         p9242023.jpg

p9242027.jpg

 

Craon.

Le château.

 

 

p9242116

Château de Craon classé du XVIIIe siècle construit en pierre blanche de la Loire. Il est environné d’ un vaste jardin à la française et d’ un parc à l’anglaise de plus de 40 hectares. Il y a aussi une rivière et un grand jardin potager possédant des serres du siècle dernier.

Documentation :  http://fr.wikipedia.org/wiki/Craon_(Mayenne)

p9242112b.jpg

p9242121.jpg

p9242066.jpg

p9242128.jpg

p9242068.jpg

Le lavoir et la buanderie du Château de Craon.. 

 p9242012

p9242084b.jpg

Clic gauche pour agrandir la photo.

 

p9242086.jpg

p9242085.jpg

p9242087.jpg

p9242067.jpg

 

 

p9242022

p9242078.jpg

p9242080.jpg

p9242117

p9242119.jpg 

 

p9242127.jpg

p9242093.jpg

 p9242019

Documentation :  http://fr.wikipedia.org/wiki/Craon_(Mayenne)

« Si notre Craonnais est petit par son territoire, il est grand par ses souvenirs ; c’est que le sang de ses barons, versé en Palestine et sur presque tous nos grands champs de bataille, était de source royale, du sang de la plus illustre dynastie du monde « , écrit Bodard de la Jacopière dans la présentation de ses « Chroniques craonnaises ».

Territoire très ancien, défriché à partir du IIIe millénaire av. J.-C.. Ce fut une redoutable forteresse médiévale composée de 27 tours et de 1 600 mètres de murailles, servant à garder la frontière bretonne. Ce fut une ville marchande très importante (connue pour son fil de lin blanchi) dotée de halles fondées au XIIe siècle et réputées parmi les plus grandes de France. Craon qui fut le siège de la première baronnie d’Anjou était une force politique, judiciaire et religieuse importante, gérant une quarantaine de paroisses.

Au Moyen Âge puis sous l’Ancien Régime, le fief de la baronnie angevine de Craon dépendait de la sénéchaussée principale d’Angers et du Pays d’élection de Château-Gontier.

En 1343, le sel devient un monopole d’État par une ordonnance du roi Philippe VI de Valois, qui institue la gabelle, la taxe sur le sel. L’Anjou fait partie des pays de « grande gabelle » et comprend seize tribunaux spéciaux ou « greniers à sel », dont celui de Craon.
Lors de la huitième guerre de religion, la ville est assiégée par l’armée royale, mais dégagée par les Espagnols débarqués en Bretagne le 24 mai 1592

p9242055.jpg

Halles.

 

p9242062.jpg

 

 

 

 

 



4 commentaires

  1. Robert LEON dit :

    Originaire de la Mayenne (région d’Ernée) j’ai regardé avec intérêt votre blog, d’autant que j’habite désormais…Binic.
    Je vous donne également l’adresse de mon blog et de mon site photo:

    Blog: http://www.robert-leon.fr
    Site photos: http://www.flickr.com/photos/130888751@N06/

    Cordialement

  2. viajes todo incluido a la romana dit :

    Thank you for any other great article. Where else may anyone get that kind of information in such an ideal approach of writing? I have a presentation subsequent week, and I’m on the look for such info.

  3. l'Angevine dit :

    je vais demain à Craon,je viens de finir mon programme et l’itinéraire au centre ancien,peux-tu me dire les sites ou monuments au centre ancien,lesquels valent vraiment la visite????
    Donc j’ai souligné la rue pour le vieux pont,la grande rue et la rue des halles pour les maisons à colombages et pans de bois,l’église,les halles,le lavoir Pré de la liberté et le château de Craon où je n’aurais pas le temps de visiter son intérieur,donc on y passera en voiture,je ne sais pas où on va s’installer pour le pique-nique,j’ai pênsé vers l’Oudon par le vieux pont!!!!
    en espérant que mon programme ne dure pas plus de 2h!!!!lol,car l’aprème on part à l’hippodrome de la Touche!!!!
    passe une agréable journée et bisous

  4. Sylvie dit :

    J’ai regardé avec attention toutes vos photos sur les pays de la loire dont je suis originaire.

Répondre

Mes p' tites croix |
la boutique de chris |
un tourneur varnois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chez LORETTE
| mamypassion
| KYMCO, CAN-AM, Piaggio, MBK...