Archives pour la catégorie Photos

Un été à Sainte Soulle .

 Les Essentielles .

Entre jardinets et balcons .

Un été aux Essentielles 02b

Un été aux Essentielles 03b

Un été aux Essentielles 09

Un été aux Essentielles 05

Un été aux Essentielles 10b

Un été aux Essentielles 11b

Un été aux Essentielles 12

Un été aux Essentielles 13

Un été aux Essentielles 14

Mini jardin sur le balcon.

 

IMG_2503_redimensionner

IMG_2501_redimensionner

IMG_2506_redimensionner

IMG_2504_redimensionner

IMG_2505_redimensionner

IMG_2507_redimensionner

Quelques fleurs en Juillet.

 

Binic 10 juillet

Juillet à Binic 05

Juillet à Binic 06

Juillet à Binic 07

Quelques beaux pavots.

 

Pavots de Lucette 02

Pavots de Lucette 03

Pavots de Lucette 04

Pavots de Lucette 05

Pavots de Lucette 06

Grenadier.

Pas de la garde, l’arbre et sa fleur…..

Le Grenadier ou Grenadier commun (Punica granatum) est un arbre fruitier de la famille des Lythracées, cultivé depuis la plus haute Antiquité pour ses fruits comestibles (les grenades) et pour les qualités ornementales de ses grandes fleurs.

Grenadier et sa fleur 02

Grenadier et sa fleur 03

Celui ci ne produit pas de fruits.

Parc du Château de la Roche Courbon suite.

 

Chateau de la Roche Courbon 05

Chateau de la Roche Courbon 09

Chateau de la Roche Courbon 10

Chateau de la Roche Courbon 11

Chateau de la Roche Courbon 12

Parc du Château de la Roche Courbon.

 

 

Chateau de la Roche Courbon 02_2

Chateau de la Roche Courbon 06_2

Chateau de la Roche Courbon 03_2

Chateau de la Roche Courbon 04_2

Château de la Roche Courbon

 

« Je m’en suis allé par toute la terre. Entre mes longs voyages, je revenais comme un pèlerin ramené pieusement par le souvenir, me disant à chaque fois que rien des lointains pays n’était plus reposant ni plus beau que ce coin si ignoré de notre Saintonge »

— Pierre Loti

Chateau de la Roche Courbon 02

Le site, sur les bords d’un cours d’eau, le Bruant, enchâssé entre deux falaises, fut de tout temps choisi par l’homme. Sous le château actuel, se trouvent des grottes dont le mobilier préhistorique montre qu’elles étaient habitées à l’époque moustérienne (- 120 000 ans), aurignacienne (- 40 000 ans) et magdalénienne (- 10 000 ans). En d’autres endroits de la forêt qui entoure cette demeure, subsistent : là, l’enceinte d’un village gallo-romain, ici des tombes mérovingiennes et, bien avant l’actuel logis, des restes de murs du XIe siècle : le lieu porte alors le nom de Romette.

Autour de 1475, Jehan II de Latour fait construire une forteresse composée de deux corps de logis, avec quatre puissantes tours et un donjon massif. Ce château fort, construit en forme de triangle sur un éperon rocheux, est naturellement défendu par le marais. Au nord, en avancée, la tour de la Fuye monte la garde. Après trois siècles de conflits entre Français et Anglo-Aquitains dans la région, il n’est pas possible de construire un château autrement que fort et défensif. En 1603, Jacques de Courbon, ayant épousé Jeanne de Gombaud en 1595, libère totalement Romette d’une indivision de cent treize ans. C’est alors qu’accordant les vocables de La Roche et de Courbon, apparaît La Roche-Courbon qui sera désormais le nom du lieu. Au XVIIe siècle, Jean-Louis de Courbon, petit-fils de Jacques, transforme La Roche-Courbon comme on peut le voir sur le tableau du peintre hollandais Jan Hackaert (1628-1685).

Le château est à l’apogée de sa beauté, entouré de somptueux jardins à la française qui verront le jour avant ceux de Versailles. Le corps de logis s’ouvre à la lumière : de larges fenêtres sont percées au levant comme au couchant, le toit est muni d’ouvertures à la Mansart. Un élégant balcon est construit en avancée sur des arcs en anse de panier, soutenu par cinq colonnes d’ordre toscan. Un escalier à double palier descend vers les jardins, bordés par le paresseux Bruant (petite rivière qui se jette quelques kilomètres plus loin dans la Charente).

Les abords sont harmonisés avec une esplanade épaulée, en surplomb du cours d’eau, par une haute muraille. Des arbustes enserrent cette ample terrasse, flanquée de deux pavillons de style Louis XIII coiffés d’ardoises « en écailles de poisson ». Un autre document, signé vers 1710 par Claude Masse (1652-1737), architecte militaire de Louis XIV, montre que le corps de logis Est et deux puissantes tours n’existent plus. On pense qu’un incendie a détruit une partie importante du bâtiment.

La suite du XVIIIe siècle ne voit pas beaucoup de propriétaires sinon, en 1785, le marquis Sophie-Jacques de Courbon Blénac qui, pour 240 000 livres, retrouve le bien familial. Il se fixe au château, entreprend une suite d’embellissements : le monumental escalier de pierre desservant les étages pour l’intérieur et les grilles en fer forgé, armoriées, dans les jardins.

 

 

L’entrée du château

L’un des anciens propriétaires du château fut Jean-Baptiste Mac Nemara, lieutenant de Frégate et enseigne d’une compagnie de marine, qui épousa en 1713 Julienne Stapleton, fille de Jean Ie Stapleton, l’un des premiers Irlandais de Nantes. Il acheta beaucoup plus tard le château, en 1756, un peu avant son décès, pour la somme de 130 000 livres. La Révolution survenant et le marquis n’ayant pas émigré, le château n’est pas vendu comme bien national. En 1817, sa fille vend le domaine aux enchères. Commence alors le long sommeil de La Roche Courbon, avant sa seconde renaissance au XXe siècle

Pierre Loti se rendait souvent en vacances chez sa sœur, domiciliée à Saint-Porchaire. Lors de ses balades à travers la campagne alentours, il tomba sous le charme du château de la Rochecourbon, à l’abandon, en ruines, au milieu des broussailles. Profitant de sa notoriété, l’écrivain permit de sauver le site et fit connaître ce château, qu’il surnommait volontiers le « château de La Belle au bois dormant ».

Paul Chénereau acheta puis fit restaurer le domaine, lui redonnant sa splendeur d’antan. De 1928 à 1939, éclôt lentement le jardin à la française que l’on peut admirer sur les vues du domaine . Le château est remis en état et meublé. L’exceptionnel cabinet des peintures, qui a beaucoup souffert de l’humidité, est restauré. Paul Chénereau complète cet ensemble ressuscité par deux heureuses innovations : dans les combles du château, sous la charpente en forme de carène renversée, la chapelle dédiée à saint Michel; dans une grange agricole désaffectée, la construction d’un théâtre, ennobli par un escalier à balustres et une porte du XVIIe siècle.

La guerre de 1939-1945 passée, le domaine, classé Monument Historique en 1925 pour partie et en 1946 dans son ensemble (château, jardins et parc), s’ouvre à la visite. C’est alors un enchantement pour les gens de la région que de découvrir cette résurrection. Paul Chénereau créera même, dans les années 1960, avec des acteurs de la Comédie Française, un spectacle « Son et Lumière ». Sa réussite sera l’apothéose de sa vie.

Sources documentaires : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_la_Roche-Courbon

Site du château : http://www.larochecourbon.fr/

Chateau de la Roche Courbon 03

Chateau de la Roche Courbon 04

Chateau de la Roche Courbon 07

123456...320

Mes p' tites croix |
la boutique de chris |
un tourneur varnois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chez LORETTE
| mamypassion
| KYMCO, CAN-AM, Piaggio, MBK...