Archives pour la catégorie Photos

Parc Beaumont, Pau.

 Le Parc Beaumont

Jardin Pyrénéen 01

Ce jardin a été aménagé sur la propriété de la comtesse Anna de Noailles en 1878, dont le précédent propriétaire était le comte de Beaumont. Le parc n’occupait qu’une seule partie de la superficie actuelle. En 1898, les vergers et potagers tout autour sont intégrés au domaine. L’architecte paysagiste Henri Martinet, redessine alors le parc dans un style anglais autour du Palais d’hiver (aujourd’hui le Palais Beaumont) avec ses allées qui convergent vers le kiosque, l’étang, le jardin pyrénéen, le ruisseau et ses chambres vertes tout autour.  La suppression du trafic automobile sur l’allée Anna de Noailles en 1999, à l’occasion de la rénovation du Palais Beaumont, a été un acte majeur qui a permis de rétablir partiellement l’entité du parc. En 2003, le parc est étendu devant l’hôtel inauguré en août 2004.  Il compte bon nombre de statues.

Aujourd’hui, le parc Beaumont est l’un des lieux préférés des Palois.  Les beaux jours, le parc s’anime au rythme des tam-tams et des guitares. Petit train, glacier, terrains de jeux, c’est le royaume des enfants. On croise aussi des jongleurs, des équilibristes, des familles venues pique-niquer, des peintres, des joueurs de pétanque… En été, plusieurs milliers de personnes se rassemblent pour les concerts de l’Eté à Pau, au  théâtre de verdure aménagé en 1933.

Jardin Pyrénéen 02

Jardin Pyrénéen 03

Jardin Pyrénéen 04

Cartes postales de Pau 1

 

Pau (prononcé [ˈpo ]) est une commune du sud-ouest de la France, préfecture du département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine. La ville est située au cœur de l’ancien État souverain du Béarn, dont elle est la capitale depuis 1464. Bordée par le gave de Pau, la cité se situe à 100 kilomètres de l’océan Atlantique et à 50 kilomètres de l’Espagne. Cette position lui confère un panorama exceptionnel sur la chaîne des Pyrénées ainsi que sur les coteaux de Jurançon, l’appellation des Horizons Palois vise à protéger cette vision en particulier depuis le boulevard des Pyrénées.

L’archéologie permet d’affirmer que le site est au moins habité depuis l’époque gallo-romaine. Néanmoins, il faut attendre la première moitié du XIIe siècle pour trouver les premières évocations de Pau en tant que cité. La ville tient son origine de la construction de son château vraisemblablement à partir du XIe siècle par les vicomtes de Béarn, pour protéger le gué qui est alors un point stratégique pour accéder aux vallées béarnaises puis à l’Espagne. La ville tient ainsi son nom de la palissade (pau en béarnais) qui fixait les limites du château primitif. Le village qui se construit autour du château profite de sa position stratégique ainsi que de la protection des vicomtes de Béarn pour largement se développer au cours des siècles suivants. Pau devient la capitale du Béarn en 1464, devenant ainsi le centre politique, culturel et économique de ce petit État qui n’aura de cesse de défendre son indépendance face à ses voisins français, anglais et espagnols.

La ville et son château prennent une nouvelle dimension en devenant le siège des rois de Navarre au XVIe siècle. Pau devient de ce fait un centre politique et intellectuel de premier plan sous le règne d’Henri d’Albret et de son épouse Marguerite. L’histoire de Pau est durablement marquée par la naissance de leur petit-fils, Henri de Bourbon, le 13 décembre 1553 dans leur château. Il accède au trône de France en 1589 sous le titre d’Henri IV. L’image de la cité est depuis largement associée à celle de ce monarque rendu célèbre pour sa volonté d’en finir avec les interminables guerres de religion. Avec la fin de l’indépendance béarnaise en 1620, Pau perd de son influence mais reste tout de même à la tête d’une province largement autonome jusqu’à la Révolution. C’est au cours de ce même XVIIIe siècle que naît un autre palois célèbre, Jean-Baptiste Bernadotte devint maréchal d’Empire puis roi de Suède et de Norvège de 1818 à sa mort en 1844.

La Belle Époque marque un nouvel essor pour la capitale béarnaise avec l’afflux massif de riches touristes étrangers (anglais notamment, mais aussi russes, espagnols et américains), ces derniers viennent y passer l’hiver pour profiter des bienfaits du climat palois décrits par le médecin écossais Alexander Taylor. Pau se transforme largement avec la construction de nombreuses villas et palaces pour accueillir ces riches hivernants, la ville se dote également de tous les éléments de modernité nécessaire à leur confort (bains, casino, funiculaire, gare). C’est à cette même période que Pau devient l’une des capitales mondiales de l’aéronautique naissante sous l’influence des frères Wright, les têtes couronnées s’y pressent alors pour observer les vols de la première école de pilotage organisée au monde.

Avec la fin du tourisme de villégiature au cours du XXe siècle, l’économie paloise — et celle de son agglomération — s’est peu à peu orientée vers l’industrie aéronautique puis vers celle de la pétrochimie avec la découverte majeure du gisement de gaz de Lacq en 1951. Pau est aujourd’hui une commune d’environ 80 000 habitants, la principale de l’aire urbaine de Pau et de la communauté d’agglomération de Pau-Pyrénées. La ville joue un rôle moteur pour le Béarn mais également pour une large frange du bassin de l’Adour. Capitale administrative, elle bénéficie d’un tissu économique dense en matière d’activités de services. Pau joue également le rôle de capitale culturelle avec de nombreux événements, notamment sportifs. Le patrimoine palois s’étale sur plusieurs siècles, sa diversité et sa qualité lui ont valu l’obtention du label de Ville d’art et d’histoire en 2011.

Cartes postales Pau 02

Cartes postales Pau 03

Cartes postales Pau 01

Décoration originale à Pau.

 

Pau journeé de la Science 02 Pau journeé de la Science 01

Marais mouillé La Garette.

Le Marais Poitevin est incontestablement un des plus beaux espaces naturels français. Pourtant, si l’on remonte dans l’histoire, il est un site artificiel, modelé par des générations d’Hommes. C’est ce paradoxe « Nature et Artifices » que nous vous invitons à découvrir

La Garette offre le bel exemple d’un habitat rural en harmonie avec son milieu. Il est ce que l’on appelle un village-rue.

Posées à la charnière entre le tertre, butte naturelle de  32 m, et le marais, les maisons s’étirent le long de la voie d’eau. Les habitations coté marais s’amarrent directement à la conche tandis que de l’autre coté, elles s’adossent au tertre. Dans ce cadre paisible et authentique, votre découverte du marais n’en sera que plus exceptionnelle.

 La Garette 06_redimensionner

La Garette 08_redimensionner

La Garette 04_redimensionner

La Garette 02_redimensionner

La Garette 07_redimensionner

La Garette 10_redimensionner

La Garette 17_redimensionner

Marais mouillé suite 1

 

Coulon 25_redimensionner

Coulon 28_redimensionner

Coulon 29_b

 

Le marais mouillé …..

 

 

Quelques photos de Coulon.

Coulon est une commune du centre-ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Poitou-Charentes. C’est un haut lieu touristique du marais poitevin, la capitale de la « Venise verte », c’est-à-dire sa partie orientale également connue sous le nom de « marais mouillé », par opposition au « marais desséché ».

Au cœur du « marais mouillé », arrosée par la Sèvre niortaise, entourée de conches et de rigoles – plus larges – ainsi que de terres inondables plusieurs mois par an, la localité en partage la flore (peupliers, frênes, iris sauvages, angéliques) et la faune (vaches, moutons, ragondins…). Commune de la communauté d’agglomération du Niortais.

L’histoire du toponyme montre que la localité se nommait Colunus en 869, Colongia en 944, puis Colums en 1154.

Les recherches archéologiques témoignent de l’ancienneté du peuplement. Elles ont notamment permis de découvrir, successivement, un cimetière et des sarcophages gallo-romains, un important village néolithique, des sarcophages mérovingiens ou un char funéraire datant de l’âge du bronze, et dernièrement (fouilles réalisées par l’INRAP fin 2011) une ferme Gauloise au lieu-dit Les Grands Champs

Coulon a longtemps vécu avant tout de l’élevage et d’une agriculture à cycle court. Aujourd’hui la localité s’appuie principalement sur le tourisme, comme en témoignent hôtels, restaurants et chambres d’hôtes qui accueillent plusieurs mois par an un grand nombre de visiteurs, seuls ou en groupes. C’est le principal point de départ de la région pour les traditionnelles promenades en barques plates – localement dénommées « batais » –, avec ou sans batelier-guide, mais on peut également la découvrir en louant des bicyclettes ou en empruntant un petit train.

Le village a été classé parmi les « Plus Beaux Villages de France », mais n’est plus labellisé à ce jour. Coulon est homologable « Petites Cités de Caractère », et devrait être définitif avant la fin d’année 2014

 Coulon 02_redimensionner

Coulon 12_redimensionner

Coulon 19_redimensionner

Coulon 20_redimensionner

Coulon 23_redimensionner

Coulon 24_redimensionner

Jardin Binic Août 2015

 

IMG_2544_redimensionner

IMG_2554_redimensionner

IMG_2541_redimensionner

IMG_2536_redimensionner

IMG_2537_redimensionner

IMG_2535b

 

IMG_2538_redimensionner

Eté aux Essentielles

 

Entre piscine et palmier

Un été aux Essentielles 04

Un été aux Essentielles 08

Bon d’accord il est en pot…

Un été aux Essentielles 06b

Une vie de chat.

12345...320

Mes p' tites croix |
la boutique de chris |
un tourneur varnois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chez LORETTE
| mamypassion
| KYMCO, CAN-AM, Piaggio, MBK...