Jeanne songeaient, poème de V. Hugo.

jeannesongeait.jpg

 


11 commentaires

1 2
  1. jullia dit :

    Il l’aimait sa petite fille Jeanne:

    Rien ne lui manque ; elle est la fleur de mon vieux mur,

    Ma contemplation,

    mon parfum, mon ivresse ;

    Ma strophe, qui près d?elle a l?air d?une pauvresse,

    L?implore, et reçoit d?elle un rayon ; et l?enfant

    Sait déjà se parer d?un chapeau triomphant,

    De beaux souliers vermeils, d?une robe étonnante ;

    Elle a des mouvements de mouche frémissante ;

    Elle est femme, montrant ses rubans bleus ou verts,

    Et sa fraîche toilette, et son âme au travers ;

    Elle est de droit céleste, et par devoir jolie ;

    Et son commencement de règne est ma folie. »

    Bisous du var.

    Dernière publication sur C'est chez moi! : Au revoir...

1 2

Répondre

Mes p' tites croix |
la boutique de chris |
un tourneur varnois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chez LORETTE
| mamypassion
| KYMCO, CAN-AM, Piaggio, MBK...