Louis Honoré Fréchette. Le Saguenay.

 Le Saguenay

Cela forme deux rangs de massifs promontoires,
Gigantesque crevasse ouverte, aux premiers jours,
Par quelque cataclysme, et qu’on croirait toujours
Prête à se refermer ainsi que des mâchoires.

Au pied de caps à pic dressés comme des tours,
Le Saguenay profond roule ses ondes noires ;
Parages désolés pleins de mornes histoires,
Fleuve mystérieux plein de sombres détours.

Rocs foudroyés, sommets aux pentes infécondes,
Sinistres profondeurs qui défiez les sondes,
Vaste mur de granit qu’on nomme Eternité,

Comme on se sent vraiment chétif, quand on compare
A vos siècles les ans dont notre orgueil se pare,
Et notre petitesse votre immensité !

Source : http://poesie.webnet.fr/auteurs/frechett.html

241020082100320004a.jpg

Rivière canadienne 2001.

 

 


Autres articles

14 commentaires

1 2
  1. jean-marc dit :

    Encore beaucoup de fleurs chez toi; bon dimanche.

  2. dgidgi :0040 dit :

    une balade qui nous réjouit, même si c’est lin de ta Bretagne, et ce texte est beau, biz ** dgidgi

  3. michelotte dit :

    bonsoir ma Bretonne et ta moitié:

    trop beau ton texte et la photo qui va avec.
    aujourd’hui j’ai eu des ennuis d’internet j’ai été couper plusieurs fois donc je ne sais ci demain je pourrais passer;

    tu sais notre voyage n’est pas terminer il y a encore plein de surprises tu peux me crois .

    calin X 2 de Michelotte

  4. Papatte dit :

    en effet un très joli texte, inconnu de ma part! merci de nous l’avoir partager!
    bisouxxx baveuxxx

1 2

Répondre

Mes p' tites croix |
la boutique de chris |
un tourneur varnois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chez LORETTE
| mamypassion
| KYMCO, CAN-AM, Piaggio, MBK...