Archive pour 11 septembre, 2008

Le Mont Dol 1

Mont-Dol vient du latin « mons » (montagne). 

lemontdol3578.jpg

Au cours de l’âge du fer, le site du Tertre est consacré au dieu gaulois Taranis. Le culte de Taranis est remplacé sous l’occupation romaine par le culte de Mithra, puis vers le milieu du VIème siècle par le culte de Saint-Michel. 

On rattache l’origine de la paroisse de Mont-Dol à saint Samson et à saint Magloire, évêque de Dol au VIème siècle. Saint Magloire s’y retire en 568 avant de se rendre à Jersey, où il meurt. Le nom de la paroisse se transforme de Mont-Joie en Mont-Dol. Le prieuré de Saint-Michel est détruit durant la Révolution. L’église est citée dès 1158 et dépendait de l’ancien évêché de Dol. Le bourg de Mont-Dol renfermait autrefois les granges de l’Evêché de Dol.

Le Pouillé de Rennes précise que la position de Montdol (ou Mont-Dol), à peu de distance de la ville de Dol, permet de supposer que cette paroisse était une des plus anciennes du diocèse de Dol. On voit encore au sommet du rocher granitique formant le Montdol, trois croix grecques gravées en creux dans la pierre. D’après certains archéologues, ces signes remonteraient à la plus haute antiquité ; ils seraient l’ oeuvre de saint Samson lui -même, qui avait coutume, dit sa légende, de prendre ainsi possession des pays qu’il évangélisait au VIème siècle. L’église paroissiale de Mont-Dol fut-elle donnée au XIIème siècle à l’abbaye du Mont Saint-Michel en même temps que la chapelle dont ce monastère fit un prieuré? Nous l’avions d’abord cru, guidé en cela par M. Ropartz (Bulletin de la Société Archéologique d’Ille-et-Vilaine, IX, 315) ; mais nous en doutons maintenant, car en définitive la charte de 1158 ne parle que de la chapelle Saint-Michel du Montdol, « capellam Sancti Michaelis supra montem Doli ». Or, l’église paroissiale semble avoir toujours eu saint Pierre pour patron. Ce qui paraît certain, c’est qu’en 1238 Clément de Vitré, évêque de Dol, annexa l’église de Montdol (Mont-Dol) à sa mense épiscopale (Albert Le Grand, Catalogue des évêques de Dol). Toutefois le Chapitre de Dol avait lui-même des droits et quelques dîmes dans cette paroisse, et il les conserva jusqu’à la Révolution. A cette dernière époque, le recteur, M. Le Sénéchal, déclara en 1790 qu’il recevait une portion congrue de 500 livres, payée partie par l’évêque de Dol et partie par son Chapitre ; il jouissait, en outre, du presbytère et de deux jardins, du tiers des oblations, de la prestimonie de Saint-Etienne, consistant en deux prés, et d’une portion d’obiterie (Archives du district de Dol).

Une tradition, qui n’a plus d’autre preuve que sa vraisemblance, prétend qu’il existait aussi sur ce mont un temple dédié à Diane, et dont les matériaux furent employés à la construction de la chapelle Saint-Michel, donnée aux bénédictins, en 1158, par l’archevêque de Dol, Hugues Rufus.

On rencontre les appellations suivantes : Mons Doli (en 1158), ecclesia de Monte Dolis (au XVème siècle).

Source : http://www.infobretagne.com/mont-dol.htm 

 Un site à consulter

http://www.mont-dol.moi.fr/

lemontdol3576.jpg

lemontdol3577.jpg

à suivre.

Mes p' tites croix |
la boutique de chris |
un tourneur varnois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chez LORETTE
| mamypassion
| KYMCO, CAN-AM, Piaggio, MBK...