Lever d’aube. Anatole le Braz.

livre14jf.gif 

Lever d’aube.

Drapée en sa cape de veuve,

S’efface à pas discrets la nuit

Voici poindre la clarté neuve

de l’aube qui s’épanouit.

Elle promène sur les choses
Son beau regard silencieux
Et la mer se jonche de roses
Sous la caresse de ses yeux.

Pour son adorable venue
Le désert du ciel s’est paré…
Salut, déesse chaste et nue,
Fille de l’Orient sacré !

Et soudain tout vit. Les nuages
Tendent leurs voiles au vent frais ;
L’allègre chanson des voyages
Se réveille dans leurs agrès.

Et la pensée au coeur de flamme,
Soeur pure de l’aube qui luit,
Erige, comme elle, dans l’âme
Son front clair, vainqueur de la nuit. 

Anatole le Braz (1859-1926)

partlysunnymdwht.gif

 

 


3 commentaires

  1. Crepusculine dit :

    Mais c’est un pléonasme lever d’aube. Très joli poème. Bisous

  2. bleuet dit :

    La pensée est une flamme, et oui …..

    Je ferai bien un pt’it tour en bretagne cet été :-) j’adore le Morbihan

  3. Alain dit :

    Très beau texte, Jacqueline , pour ce matin !
    Bon courage pour la réception de ta grande famille !
    Bises
    Alain

Répondre

Mes p' tites croix |
la boutique de chris |
un tourneur varnois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chez LORETTE
| mamypassion
| KYMCO, CAN-AM, Piaggio, MBK...