Matin sur le port. Poème d’Albert Samain

 

 

Matin sur le port. 

 

Matin sur le port.  Poème d'Albert Samain dans Textes choisis 75-300x187 

 

Le soleil, par degrés, de la brume émergeant,
dore la vieille tour et le haut des mâtures ;
et, jetant son filet sur les vagues obscures,
fait scintiller la mer dans ses mailles d’ argent.
Voici surgir, touchés par un rayon lointain,
des portiques de marbre et des architectures ;
et le vent épicé fait rêver d’ aventures
dans la clarté limpide et fine du matin.

L’étendard déployé sur l’arsenal palpite ;
et de petits enfants, qu’ un jeu frivole excite,
font sonner en courant les anneaux du vieux mur.
Pendant qu’un beau vaisseau, peint de pourpre et d’azur
bondissant et léger sur l’écume sonore,
s’ en va, tout frissonnant de voiles, dans l’ aurore.

 

 

 

Albert Samain. Le chariot d’or

loguivy01redimensionner.jpg

Loguivy de la Mer.

 


Autres articles

9 commentaires

  1. Chayma dit :

    moi g b1 aimer la poésie d’Albert Samain cellle de Versailles voila je vou enbrasse a touussss

  2. cathycat66 dit :

    c’est françois Budet , qui la chantait!
    je ne le connais pas.
    Bonne soirée chez nous !

    Cathy une finistérienne à Paris

  3. cathycat66 dit :
  4. cathycat66 dit :

    Je ne peux m’empêcher de penser à ma mère …
    Quand elle pousse sa petite chanson…

    « Loguivy de la mer

    ——————————————————————————–

    Ils reviennent encore à l’heure des marées
    S’asseoir sur le muret le long de la jetée
    Ils regardent encore au-delà de Bréhat
    Respirant le parfum du vent qui les appelle
    Mais il est révolu, le temps des Terres-Neuvas

    {Refrain:}
    Loguivy de la mer, Loguivy de la mer
    Tu regardes mourir, les derniers vrais marins
    Loguivy de la mer, au fond de ton vieux port
    S’entassent les carcasses des bateaux déjà morts.

    Ils ont connu le temps où la voile était reine
    Ils parlent de haubans, de focs et de misaines
    De tout ce qui fait le charme de leur vie
    Et qu’ils emporteront avec eux dans l’oubli
    Mais il est révolu le temps des Cap-Horners
    Il reste encore chez nous d’la graine d’aventuriers

    {au Refrain}

    Je n’ai jamais su dire ce que disent leurs yeux
    Perdu dans ces visages burinés par le vent
    Ces beaux visages d’hommes, ces visages de vieux
    Qui savent encore sourire et dire à nos vingt ans
    Remettez vos cabans et rompez les amarres
    Allez-y de l’avant, mais tenez bon la barre. »

    et je verse une larme.

    bisous

  5. Bigou dit :

    Oui, nous aimons beaucoup toute cette côte nord de la Bretagne . Bonsoir et à bientôt . Bigou .

  6. Merci pour ce joli poème et cette très belle photo !
    Bonne soirée !

  7. Bigou dit :

    J’ adore ce coin là . Pour moi, si je ne me trompe, la ballade qui part de la pointe de l’ Arcouest , avec cette superbe vue sur Bréhat , jusqu’à Loguivy par le petit chemin côtier, est avec l’ île de Bréhat, le plus bel endroit de la Bretagne . C’ est une vue dont je ne me lasse pas .
    es-tu de cet avis ?

  8. Christian dit :

    Magnifique prise de vue ! Un très beau paysage !
    Bonne soirée,
    Christian

  9. gibi dit :

    Bonsoir Jacqueline, félicitations pour ton blog vraiment super……JJ se lèche les babines de voir les casiers à homards de Loguivy…………
    Bisous
    Gibi

Répondre

Mes p' tites croix |
la boutique de chris |
un tourneur varnois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chez LORETTE
| mamypassion
| KYMCO, CAN-AM, Piaggio, MBK...